Menu

Rapide présentation du projet de réforme de la fonction publique

Rapide présentation du projet de réforme de la fonction publique

La réforme de la fonction publique constitue une promesse de campagne du Président Macron. Pour satisfaire cette promesse, le 27 mars 2019, Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics et Olivier Dussopt, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics, ont présenté en Conseil des ministres le projet de loi de transformation de la fonction publique

Affichant l'ambition d'opérer une « transformation profonde de la fonction publique », ce projet est presque unanimement rejeté par les syndicats de fonctionnaires, qui y voient une abandon du statut et, en toile de fond, une déconstruction du service public.

Lors de la présentation, le secrétaire d'Etat a rappelé les cinq priorités présentées sous les cinq titres du projet :

– simplifier le dialogue social, par une refonte des instances existantes (TA AN nº 1802, 2018-2019, titre Ier) ;

– faciliter les recrutements et notamment les recours aux agents contractuels (TA AN nº 1802, 2018-2019, titre II) ;

– créer de nouveaux leviers en matière d'évaluation, de rémunération, d'accès à la formation, et harmoniser les trois versants de la fonction publique (TA AN nº 1802, 2018-2019, titre III) ;

– faciliter les mobilités au sein de la fonction publique et les départs volontaires vers le secteur privé (TA AN nº 1802, 2018-2019, titre IV) ;

– transposer dans la loi l'accord sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, signé le 7 novembre 2018 (TA AN nº 1802, 2018-2019, titre V).

Gérald Darmanin a quant à lui confirmé la volonté de « tenir l'objectif de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires », comprenant 70 000 postes territoriaux et 50 000 étatiques, précisant toutefois que ces suppressions ne seront que des non-renouvellements de postes lors de départs à la retraite.

Le projet contient des mesures susceptibles de bouleverser le droit actuel :

– l'institution, pour toutes les fonctions publiques, d'une instance unique pour débattre des sujets d'intérêt collectif –le comité social d'administration, territorial ou d'établissement – issu de la fusion des comités techniques (CT) et des comités d'hygiène, de sécurité et de conditions de travail (CHSCT) actuels (TA AN nº 1802, 2018-2019, art. 3) ;

– la possibilité de nommer des personnes n'ayant pas la qualité de fonctionnaire aux emplois de direction (TA AN nº 1802, 2018-2019, art. 7). Il s'agirait là d'une révolution ;

– la création d'un nouveau type de contrat à durée déterminée au sein de la fonction publique : le contrat de projet, qui « permet aux services d'être en capacité de mobiliser des profils divers pour la conduite de projets ou d'opérations identifiés s'inscrivant dans une durée limitée » (TA AN nº 1802, 2018-2019, art. 8) ;

– l'amélioration de la protection sociale complémentaire des agents publics et des garanties liées à leur santé et à leur sécurité au travail, prévue par la voie d'ordonnance (TA AN nº 1802, 2018-2019, art. 17) ;

– de nouvelles obligations s'imposant à tout employeur public en matière d'égalité de traitement des agents en situation de handicap (TA AN nº 1802, 2018-2019, art. 34).

Dans la veine des textes actuels, ce projet sera examiné en procédure accélérée. Concernant le calendrier, Olivier Dussopt a annoncé que « l'objectif est que le texte soit adopté avant l'été et que, pour l'essentiel et même l'immense majorité des dispositions, (il) puisse être applicable au 1er janvier 2020 ».

Tant sur le fond que sur la forme, le Gouvernement se veut donc ambitieux.

Publié le 08/04/2019

Commentaires

Soyez le premier à commenter cette publication

Pseudo
Email

L'adresse email n'est pas affichée publiquement, mais permet à l'avocat de vous contacter.

Commentaire
(copiez le numéro situé à gauche dans cette case)
Publier